Ce site est en construction, certaines pages ne sont pas encore terminées. Merci pour votre compréhension.
 
© 

ALLEMAGNE: Elections: le champ de foire...

... des «petites gens». Plus de quarante partis ont tout fait pour courtiser les électeurs et électrices lors des dernières élections du Parlement allemand. Le nouveau parti AfD (Alternative für Deutschland) est entré au Parlement avec 12,6 % des voix. Et cela grâce à des affiches électorales racistes et sexistes primaires, et à une affaire politique qui a quotidiennement fait la une de la presse à scandale.
En raison des pertes de voix que les partis établis ont enregistrées, il y a désormais des pressions internes poussant les élu·es à démissioner, et des démissions.
Les médias sont en émoi à propos du gain de voix de l’AfD. Les affrontements virulents à l’intérieur de l’alliance que forme la CDU avec la CSU ne se passent pas uniquement à huis clos: il s’agit d’abord pour ces partis de trouver les compromis permettant de constituer la coalition «Jamaïque» avec le FDP et les Verts.
Dès sa création, l’AfD a fait parler de lui. Depuis que, au printemps 2015, des bruits ont couru sur les accointances de Björn Höcke, porte-parole du Land et président du groupe parlementaire en Thuringe, avec le NPD (parti des nazis), l’aile néolibérale de l’AfD s’efforce de s’en débarrasser. Lors des assises du parti en été 2015, les néolibéraux de l’AfD ont dû s’incliner et quitter le parti. Or, lors de leur entrée au Parlement en tant que troisième force politique, deux députés de l’AfD ont quitté le groupe parlementaire et le parti. Les couloirs bruissent de rumeurs d’autres défections possibles si l’aile völkisch1 prend le dessus. Les luttes intestines ne vont pas cesser de sitôt. Elles vont continuer à alimenter les gros titres des médias et, ainsi, banaliser la présence de l’AfD dans la sphère publique. Ces conflits internes ne changent rien aux visées ultranationalistes de l’AfD, pour lesquelles des milliers de «gagnants et perdants»2 ont été enthousiasmés lors des élections parlementaires. Un des points de leur programme électoral portait sur l’obtention de la nationalité allemande. Depuis l’année 2000, la nationalité allemande est régie selon le droit du sol. L’AfD souhaiterait revenir au droit du sang. Leur objectif est la perpétuation du «peuple de la nation allemande». Cela rappelle furieusement «l’arianité» du temps des nazis. Pareillement, dans son programme électoral, l’AfD se revendique de la «culture dominante allemande»; un concept pour le moins frelaté. De même, ce parti condamne la multiculturalité comme une «non-culture». Il est alors surprenant de voir que des candidats, menant leur campagne sur la base de ce programme, réfutent le concept de völkisch.
Les derniers mois, onze élu·es ont quitté les groupes parlementaires de l’AfD des Parlements de Land. Comme par exemple au Mecklembourg-Poméranie, où quatre des dix-huits députés ont retourné leur veste. Michael Bertram, l’assesseur du bureau du land de l’AfD au Mecklembourg-Poméranie, a démissionné de ses fonctions en arguant: «de nombreux bureaux régionaux ont été infiltrés par l’extrême droite». L’aile «modérée» du parti tente laborieusement de cultiver une façade formellement démocratique. Mais celle-ci s’effrite depuis les élections. Cet effritement met au jour une sauce brune nauséabonde.
Comme nombre de partis ayant le vent en poupe dans de nombreux pays européens privégiés et aux Etats-Unis, l’AfD surfe sur la vague de revendications racistes et autoritaires qui l’a mené au pouvoir. Les violents débats autour du soi-disant «mécanisme européen de stabilité», de la crise de la dette grecque et de plusieurs traités de libre-échange ont constitué un terreau fertile pour de tels partis.
Dans le Land de Saxe, l’AfD arrive en tête avec 27% des voix (CDU 26,9%, Die Linke 16,1%, SPD 10,5, FDP 8,2% et Die Grünen 4,6%). Il y a 27 ans, un parti du nom de AfD a engrangé la majorité des voix dans cette région – l’Alliance pour l’Allemagne, une alliance créée pour les élections du Parlement de la RDA. L’Alliance s’engagait pour une rapide réunification de l’Allemagne. Les espoirs en ce paradis n’ont pas pu être comblés. Mais la fidélité allemande est une vertu, selon la «culture dominante» – AfD une fois, AfD pour toujours.
«Les élections sont le champ de foire du petit homme, tous les quatre ans nous faisons comme si nous pouvions faire quelque chose, mais nous serons tout de même disloqués et gouvernés» dit un maraîcher indépendant3 après avoir fait une virée dans tous les bureaux des innombrables partis se présentant aux élections du Reichtag en 1930 afin de comparer leurs programmes.

1. A partir du XIXe siècle, le terme völkisch met l’accent [entre autres par le mouvement völkisch] sur le caractère spécifique, exceptionnel, mystique du peuple allemand et le maintien de ses traditions. C’est ensuite devenu l’affirmation de l’idée et du concept de race, de la supériorité des Germains unis par des liens de sang, de langue et de culture. Voir 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_völkisch
2. Dans l’opinion publique, seuls les «perdants» voteraient pour l’extrême droite. Mais les analyses des dernières élections montrent que de nombreux membres et électeurs de l’AfD sont issus des classes moyennes et des professions libérales.
3. Personnage fictif de Kaspar Hauser alias Kurt Tucholsky, septembre 1930 dans le pé-riodique Die Weltbühne.

 

Rédigé par Herma Ebinger Membre du FCE-Allemagne, 29.11.2017, recrutés par ute
Thème Nah & Fern im Archipel 264 (11/2017)
Commentaires sur cet article
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Archipel

Dieser Text stammt aus dem Archipel

Ausgabe: 264 (11/2017)

Hier können Sie aus allen Archipelausgaben seit 2002 auswählen

Accueil - Thèmes - Archipel - À propos de forumcivique - Shop - Rejoindre - Dons

Europäisches BürgerInnen Forum - Forum Civique Européen - European Civic Forum - Foro Cívico Europeo