Ce site est en construction, certaines pages ne sont pas encore terminées. Merci pour votre compréhension.
 
© 

FRANCE: Squat, mode d’emploi

A l'occasion du passage au Sénat d'un projet de loi visant à faciliter l’expulsion de squatteurs, nous publions ici la deuxième partie du manifeste, datant de 2001 «de certain-e-s individu-e-s, d’un certain squat, planté dans un certain contexte, dans un certain quartier, à un certain moment, avec un certain passé, un certain groupe d’habitant-e-s, une certaine atmosphère…», paru sur infokiosques.net.
La première partie parlait de réappropriation, celle-ci du squat comme maison franche.
Hors circuit
Le squat a déraillé des sillons qui aiguillonnent ce monde. Il n’est pas un maillon de la chaîne étatique, et n’a pas grand-chose à faire de ses directives, de ses subventions, de ses normes. Il n’est pas un maillon de la chaîne marchande, et les chants de la rentabilité peuvent aller en envoûter d’autres. Aucune autre logique, aucune autre priorité ne gouverne le lieu que celles qui paraissent importantes à ses acteurs et ses actrices. Attention, maison incontrôlée.
Hors norme
Tel modèle social à respecter, parce que repères, clarté, au moins on s’y retrouve? Tel schéma d’organisation à appliquer, parce que efficacité, puissance, et puis c’est l’économiste qui l’a dit? Eh ben fi! Fi! Nous n’avons pas envie de reproduire bêtement ce qui nous entoure, surtout quand ce qui nous entoure nous paraît loin d’être la panacée. Pourquoi on s’y retrouverait pas avec des modèles comme de la poix et des schémas en en pâte à modeler? Vous avez essayé, vous? Nous on essaye. Pourquoi ne s’y retrouverait-on pas sans hiérarchie? Sans spécialisation? Sans coercition? Sans profit? Nous on essaye: mettre en place entre nous des rapports sans domination et sans oppression, tenter le consensus, le prix libre, la gratuité...
Hors politicardises
En squattant nous faisons de la politique, et nous sommes ravi-e-s de pouvoir le dire: comme quoi on peut se battre pour des idées sans jouer au politicien ni adhérer à quoi que ce soit. Si nous changerons quelque chose à ce monde ce sera d’abord nos quotidiens, nos propres existences, voilà une étape à l’échelle de tout-un-chacun, peut-être pas si anodine, et trop souvent brûlée. Nous n’avons pas envie de laisser la politique aux pupitres et aux estrades, notre manière de la dire est de la vivre, de la confronter à la pratique. Nous ôtons le pouvoir soporifique de la politique en la rendant concrète: notre maison est le terrain d’expérience de nos utopies.
Hors autorité
Il n’y a aucune raison pour que les décisions concernant la vie du squat soient prises par une partie seulement des gens qui l’animent. Aucune raison pour que certain-e-s imposent quoi que ce soit à d’autres, aucune raison pour que certain-e-s fassent des choses contre leur gré et sans compréhension. Aucune raison de se surveiller et de se punir, aucune raison de ne pas se dire les problèmes en face et chercher ensemble une solution.
Aucune raison d’en considérer certain-e-s responsables et d’autres non, aucune raison d’écouter l’avis de l’un-e moins que l’avis de l’autre, aucune raison de ne pas se faire confiance. Aucune raison de décréter une hiérarchie entre personnes embarquées sur le même bateau, pas besoin de fouet dans un groupe qui fait ce qu’il fait parce qu’il l’a choisi de bout en bout.
Chez nous, pas de chef, pas de président, pas de comité directeur, pas de conseil des sages, pas de leader, pas de maître spirituel, pas de pion, pas de police interne. C’est l’autogestion.
Hors-la-loi
Légalité ou légitimité? Il y en a pour qui la loi c’est toujours la loi, la loi c’est la Bible. Tu as fait l’ENA? Tu traînes au sommet de la pyramide sociale? Tu bois des cocktails avec ceux et celles qui chatouillent les enjeux planétaires? Alors tu as le droit de décider de ce qui est bon pour les 60 millions de personnes dont tu n’as jamais vu le visage, et «être citoyen»  c’est écouter tes recommandations armées sans réfléchir. Bon ben nous on n’est pas d’accord. Il y a des lois absurdes, lointaines, que nous nous permettons d’enfreindre, surtout quand nous voyons que concrètement, en agissant ainsi, nous ne faisons de mal à personne. Nous prenons le droit de vivre de manière imprévue sans que ça ne coûte ou ne pèse à quiconque sauf à ceux et celles qui veulent nous prévoir. On pourrait appeler ça de la désobéissance civile.
Hors propriété?
Pas tout-à-fait: nous sommes d’accord quand on nous dit que la propriété donne à l’humain un minimum d’intimité et de stabilité. Mais nous trouvons qu’elle se justifie seulement si le propriétaire se sert de son bien, s’il en a besoin, s’il en fait quelque chose: c’est ce que des têtes ont appelé la «propriété d’usage». Et c’est selon ce principe-là que nous nous permettons de nous sentir chez nous dans les maisons que nous occupons, habitons, animons, entretenons, décorons. C’est aussi selon ce principe-là que nous ne nous permettons pas de squatter des bâtiments dont l’utilisation, même périodique, est manifeste, par exemple des appartements meublés. Par contre, nous ne respectons pas la propriété dont on abuse, celle qui spécule, celle qui ne représente pour le proprio qu’un bout de papier, et pour les plus démuni-e-s une insulte. On étale devant nous des objets dont nous aurions besoin, dont nous ferions des merveilles, et on invoque la propriété privée pour nous interdire d’y toucher puis les laisser pourrir sous nos yeux médusés. Cela respire l’effronterie, et ça nous enrage. Voilà un exemple d’attitudes que nous voulons ne pas reproduire chez nous, ce rapport avide, stratège, comptabilisateur, face aux biens matériels, cette accumulation insensée, apeurée, cette insensibilité aux besoins des autres et du moment.
Hors expertitude
Alors nous, on bidouille. On fait plein de choses par-ci par-là, on bricole, on organise des concerts, on dessine des affiches, on prépare notre défense juridique, on récupère, on aménage, on repeint, on s’occupe d’un resto végétarien, d’une petite bibliothèque, d’une zone de gratuité, d’un labo-photo, ... On n’y connaît pas grand-chose, on n’est pas des spécialistes, et ça nous convient, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Do it yourself. Ce n’est pas léché, ce n’est pas parfait, mais on s’en fout, au moins ça vit, et nos maladresses donnent du cœur à nos constructions. On pourrait chercher la spécialisation, dans le groupe, si nos priorités étaient efficacité, rentabilité, productivité. En plus les experts disent que pour souder un groupe il faut plein d’experts qui ne connaissent que leur domaine et donc dépendent des autres pour le reste. Mais nous ne voulons pas être réduit-e-s à une fonction chacun-e, nous trouvons ça malsain d’isoler une seule de nos aptitudes (d’oublier les autres), et d’en user jusqu’à la limaille, d’en raboter même l’intérêt. Nous squattons justement pour avoir la possibilité d’explorer la multitude des ingrédients de nos petites personnes. Nous trouvons plus riche de partager nos savoir-faire, d’apprendre sans cesse, plutôt que d’en faire des spécialités en chiens de faïence. Enfin nous pensons qu’il vaut mieux souder notre groupe par des vrais choix et envies plutôt que par des liens de dépendance. Nous ne savons pas si les experts sont utiles à une société, mais nous savons que nous n’en voulons pas comme modèle universel dans un monde déjà sur-expertisé.
Hors cadre
Mais vous y croyez vraiment, à tout ce bla-bla? A tout ce que vous venez de lire? Vous croyez vraiment que nous arrivons à mettre toutes ces belles idées en pratique? Parce que nous, on en doute. D’un côté il y a la théorie, de l’autre la pratique, et pouvoir se vanter de faire d’emblée coïncider les deux, ça nous paraît douteux. Ce manifeste exprime avant tout les buts que nous nous sommes fixé-e-s, qui sait si nous les atteindrons jamais. Au moins nous aurons essayé, et si nous n’arrivons pas à les atteindre, nous saurons d’expérience pourquoi, où sont les terrains glissants. Nos idées donnent un cadre, mais la réalité nous amènera sans doute à partir naviguer à l’extérieur, à interroger ce cadre, à le remettre en question, et, à notre retour, à le comprendre différemment, peut-être le redessiner, peut-être le modérer, peut-être le radicaliser. Les cadres théoriques sont faits pour être tentés, pas gobés. Quand ils sont fixes ils deviennent tristes. Quand ils se font mouvants, bouillants, tourbillonnants, effervescents, alors il faut se changer en apprenti-sorcier-e, et tester, goûter, tâtonner, progresser. A l’aventure.
Hors bord
Attention: ce «manifeste» n’est pas le manifeste d’un éventuel mouvement des squats de France ou d’Europe ou d’Eurasie métropolitaine. Pas plus qu’il ne prétend le devenir. Il est le manifeste de certain-e-s individu-e-s, d’un certain squat, planté dans un certain contexte, dans un certain quartier, à un certain moment, avec un certain passé, un certain groupe d’habitant-e-s, une certaine atmosphère... L’échelle d’un squat est toute petite, chacun est un îlot d’autonomie avec son histoire et son environnement. C’est cette échelle toute humaine qui sabote les généralisations et qui fait une belle part de la richesse de ce monde parallèle.

Rédigé par Des squatteureuses, 09.03.2015, recrutés par ute
Thème Nah & Fern
Commentaires sur cet article
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Accueil - Thèmes - Archipel - À propos de forumcivique - Shop - Rejoindre - Dons

Europäisches BürgerInnen Forum - Forum Civique Européen - European Civic Forum - Foro Cívico Europeo