Ce site est en construction, certaines pages ne sont pas encore terminées. Merci pour votre compréhension.
 
© 

FRONTIERES:Une semaine avec Boats4People1

En décembre dernier, nous vous annoncions un projet. Il s’agissait de «Flottille de la solidarité – arrêter la mort en Méditerranée», dont l’objectif était d’assister les migrants pendant leur voyage vers l’Europe2. Nous publions ici un commentaire de l’une des participantes à cette action organisée par le collectif Boats4People.
Quand j’ai enfin posé pied à terre en Sicile, je me suis sentie soulagée. La dernière semaine avait été pleine d’événements, des pensées se bousculaient dans ma tête, et mon impatience grandissait à mesure que j’attendais l’autorisation de quitter le ferry. On venait de Tunis et arrivait à Palerme avec quatre heures de retard.
Mon retour en Sicile marquait la fin de ma participation à l’action Boats4People. Pendant dix jours, j’étais l’une de la cinquantaine d’activistes voyageant depuis l’Italie jusqu’à la Tunisie. Je me suis jointe au projet à sa deuxième halte, Palerme, et je suis allée jusqu’à Tunis et Monastir puis je suis retournée à Palerme. Certains sont d’abord allés à Cecina, en Italie du Nord, où Boats4People a débuté, et d’autres sont partis pour Lampedusa, où le projet s’est fini le week-end dernier.
Ces derniers jours, j’ai essayé de réfléchir sur tout ce qui s’était passé pendant ce voyage, de trier mes pensées et mes impressions pour pouvoir donner une réponse adéquate aux amis qui me demandaient «comment ça s’est passé?». Comment ça s’est passé? J’ai rencontré des gens géniaux et eu des conversations excellentes. J’ai ressenti de l’intense tristesse, de la désespérance, de l’admiration, de la frustration, des liens entre nous et le retour de problématiques qui me travaillaient depuis longtemps. Une semaine plus tard, j’ai toujours des difficultés à donner une conclusion à ma participation à Boats4People. Et pourtant, je sais que je suis contente d’y avoir participé. Non seulement ça m’a fourni d’interminables sujets de réflexion et permis de rencontrer des gens qui m’ont inspirée et intéressée, mais ça m’a aussi aidé à comprendre certaines difficultés et certaines frustrations inhérentes à l’activisme de terrain transnational.
Boats4People serait au mieux décrit comme une alliance d’organisations et d’individus en lutte contre les actuelles politiques d’immigration européennes et pour le droit à la libre circulation. B4P est né l’année dernière quand, au début du «Printemps Arabe» des dizaines de milliers de personnes ont décidé de traverser la Méditerranée pour venir en Europe et que l’UE a réagi en renforçant les opérations de Frontex3 pour intercepter et immédiatement renvoyer les migrants. Malgré une surveillance intensifiée et la présence de l’OTAN, de Frontex et des douaniers nationaux, 2011 a été l’une des années les plus meurtrières de la région. Plus de 2000 personnes ont péri en route pour l’Europe.
Boats4People résulte de l’indignation d’activistes envers les politiques européennes et de leur détermination à provoquer un changement politique. Il était prévu initialement qu’il s’agisse d’une flotte de bateaux qui traverserait la Méditerranée, surveillerait les opérations de Frontex, porterait éventuellement secours aux personnes en détresse en mer et sensibiliserait l’opinion publique sur la situation aux frontières sud de l’Europe. Finalement, des contraintes financières ont conduit à de grands changements et seul un petit bateau a voyagé depuis l’Italie jusqu’à la Tunisie puis vers Lampedusa. De nombreux activistes ont aussi utilisé d’autres moyens de transport entre les différents lieux.


Les différentes activités


Les 1er et le 2 juillet derniers, Boats4People a participé à une grande réunion anarchiste organisée par l’ACRI (Association for Civil Rights in Israel)  italienne à Cecina. A Palerme, il y a eu des présentations, des discussions, des ateliers ainsi qu’une commémoration pour les morts et les disparus en mer. Une délégation d’activistes de B4P a visité la prison d’identification et de déportation de Milo (Sicile) où sont détenus plus de 200 migrants tunisiens. A Tunis, des ateliers ont été prévus dans une université. Des séries de discussions ont été organisées avec un groupe d’étudiants activistes et une pièce de théâtre a proposé une perspective tunisienne de la migration. De même, il y a eu des réunions avec des mères de Tunisiens disparus en mer et une participation à leurs manifestations devant les ministères. Un groupe d’entre nous est allé au camp de réfugiés de Choucha pour parler aux habitants et pour s’assurer qu’un groupe de huit réfugiés invités au préalable pourrait participer aux rencontres de B4P à Monastir. Là, Boats4People s’est joint à la réunion de préparation du Forum Social Mondial et une journée d’ateliers et de débats a été organisée autour de la thématique de la migration. Une autre commémoration pour les morts et disparus s’est tenue la nuit. Le lendemain matin, il y a eu deux discussions instructives, puis beaucoup d’activistes ont commencé leur voyage de retour. D’autres sont partis à Lampedusa, pour rejoindre le LampedusaInFestival. Des films sur la migration y ont été projetés et il y a eu une dernière cérémonie de commémoration. Pendant ces activités, un projet pilote, WatchTheMed 4 a été mis en ligne. Mise au point et affinée par deux doctorants de Goldsmith, cette plate-forme vise à mettre un terme à l’impunité qui règne sur la Méditerranée en ce qui concerne le traitement des migrants en cartographiant les morts des migrants ainsi que les violations de leurs droits aux frontières maritimes de l’UE. On espère donc identifier les responsables d’accidents tels que le «bateau laissé pour compte» l’année dernière ou les 54 personnes qui ont dérivé pendant deux semaines et sont mortes au large de la côte tunisienne lors des actions de Boats4People. Une «tour de contrôle civile» pour surveiller la Méditerranée, WatchTheMed tente de documenter les incidents en mer en puisant dans de nombreuses sources telles que des images satellites, les signaux de détresse envoyés par les garde-côtes, les informations fournies par les marins, la presse et les témoignages des migrants. A terme et grâce à facebook, twitter ou des SMS, on espère pouvoir traiter ces informations en temps presque réel et faire pression sur les autorités responsables pour qu’elles sauvent les bateaux en détresse avant que les passagers ne meurent.


Questions


Bien que j’aie apprécié les rencontres et les discussions aussi bien au sein du «programme» qu’en dehors, je m’interroge sur l’impact de cette initiative et si celui-ci n’aurait pas été plus important si certaines décisions avaient été prises différemment. Peut-être aussi si les objectifs du projet avaient été plus clairs dans les esprits des organisateurs et des participants. Cette action avait-elle pour but de créer et de renforcer un réseau transnational ou s’agissait-il d’une campagne visant à attirer le regard des médias? L’objectif était-il de travailler vers l’intérieur pour renforcer une compréhension commune au sein du mouvement ou vers l’extérieur, comme outil de pression pour obtenir un changement politique? Je me demande comment la coopération et l’activisme transnationaux égalitaires peuvent devenir réalité, sachant que les Européens étaient non seulement plus nombreux mais aussi que c’était souvent eux qui menaient les discussions et en définissaient les thèmes. Et puis aussi, comment choisir et fixer nos priorités? Et si c’était potentiellement plus efficace de focaliser nos énergies pour mobiliser les électeurs afin de pouvoir peser sur des décisions spécifiques, tout en s’informant et se soutenant mutuellement, au-delà des frontières nationales? Et comment s’assurer à tous moments que nos actions et notre activisme ne mettent pas en danger ceux-là mêmes que nous voulons soutenir, ou ne leur causent pas de torts psychologique, physique ou émotionnel?
J’ai du mal à dire si Boats4People a été ou non un succès – et c’était aussi le cas des autres participants. Ceci est en partie parce que je n’avais pas participé à l’organisation du voyage et que je ne savais pas grand-chose sur les discussions et les difficultés avant le départ. Aussi parce que même si certains étaient plutôt critiques par rapport au déroulement du projet, il était essentiel qu’il ait lieu. Il était important de construire et de renforcer des réseaux regroupant Européens et Africains luttant pour la même cause: la liberté de circulation. Et il y a eu des moments marquants tout au long du voyage comme par exemple sur le ferry de Palerme à Tunis quand nous nous sommes adressés au millier de passagers qui voyageaient avec nous et les avons invités à participer à une assemblée générale sur le bateau. Ils ont été nombreux à répondre à l’invitation et à échanger avec nous et entre eux en écoutant et en témoignant de leurs propres expériences du contrôle des migrations. Contrairement à ce à quoi je m’attendais, l’équipage italien a exprimé son soutien à notre cause en nous laissant distribuer nos tracts et tenir notre assemblée. Des voyageurs qui n’étaient pas au départ impliqués ont décidé de venir, de participer et de parler.
Cette action de Boats4People a-t-elle eu un impact sur les politiques de l’UE? Sans doute pas.
Je ne suis même pas convaincue que de nombreux responsables politiques l’aient même remarquée. C’était clair pour la plupart des participants que ce voyage n’était que le début de Boats4People. De nouvelles idées et de nouveaux projets ont émergé en Tunisie et les liens entre des groupes et des collectifs existants ont été renforcés. Si tout va bien, le projet WatchTheMed, d’une importance considérable, se poursuivra et se développera, et d’autres actions verront le jour. Ce voyage n’a peut-être pas été le premier pas idéal, mais c’était quand même un premier pas.



1. Des bateaux pour les gens,
<http://boats4people.org>
2. Voir Archipel No 199
3. Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l’UE. A ce sujet, voir, entre autres, Archipel No 193, mai 2011, «La liberté plutôt que Frontex! Pas de démocratie sans liberté totale de circulation» et Archipel No 161, juin 2008, «Prochaine étape, Frontex»
4. Surveiller la M éditerranée,
<https://watchthemed.crowdmap.com>.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Archipel

Dieser Text stammt aus dem Archipel

Ausgabe: 207 (08/2012)

Hier können Sie aus allen Archipelausgaben seit 2002 auswählen

Accueil - Thèmes - Archipel - À propos de forumcivique - Shop - Rejoindre - Dons

Europäisches BürgerInnen Forum - Forum Civique Européen - European Civic Forum - Foro Cívico Europeo