Ce site est en construction, certaines pages ne sont pas encore terminées. Merci pour votre compréhension.
 
© 

UKRAINE: Un Festival documentaire sur les droits humains

L’origine et la diffusion du festival de films itinérants Docudays-UA va de pair avec la construction d’une société civile en Ukraine. Les journées des films des droits humains s’étaient tenues pour la première fois en 2003, le programme incluait des courts métrages documentaires et des longs métrages. La plupart des films étaient des premières en Ukraine.
Après sa seconde édition, qui s’était tenue à Kiev, le festival a commencé à voyager dans d’autres villes ukrainiennes sous le nom de Travelling festival-Les journées des films des droits humains. L’année suivante, le festival devint membre du réseau international de films sur les droits humains/Human Rights Film Network (HRFN) pendant le festival international des films documentaires à Amsterdam.
En 2006, le festival se dote d’un jury, et l’année suivante, les journalistes ukrainiens introduisent un Prix spécial. En 2008, le festival change définitivement de nom et devient le Festival international du film documentaire des droits humains-Docudays-UA. Traditionnellement, le festival se passe toujours pendant la dernière semaine du mois de mars, à la Maison du cinéma à Kiev. En 2016, il se tiendra du 26 mars au 1er avril.
La corruption comme idéologie
Le CAMZ (Comité d’Aide Médicale de Transcarpatie, Ukraine) est devenu partenaire du festival en 2013. Cette même année, nous avons projeté les films pour la première fois à Oujgorod, le  lendemain même du jour où les jeunes étudiants ont été battus par les forces spéciales de police berkut sur la place Maïdan et le jour où les grosses manifestations ont commencé sur cette place de Kiev. Les films et les actions autour du festival étaient regroupés sur le thème «le choix existe» et étaient focalisés sur les questions de défense de la liberté d’expression, de réunion et d’association, et sur la transparence dans le domaine public. L’année d’après, le thème était «l’idéoruption», c’est-à-dire la corruption comme idéologie dans la mentalité ukrainienne. Avec ce sujet, les organisateurs/trices voulaient montrer l’universalité de la corruption en Ukraine et dans le monde, et démontrer que la solidarité des gens simples permet de résister à l’idéoruption. 
Après le Docudays 2013, le CAMZ avait organisé, sur le thème de la migration, un festival de films locaux à  Oujgorod où de nombreux réfugiés sont refoulés à la frontière extérieure orientale de l’Union européenne. Le cinéaste suisse Fernand Melgar était notre invité spécial; il a participé au jury du festival, animé un atelier cinématographique et accompagné une délégation du FCE pour visiter un camp-prison pour réfugié-e-s dans les environs.
Propagande
En 2015, le festival s’est réuni sur le thème de la propagande, car l’attention de tous les Ukrainien-ne-s était fixée sur la guerre dans le Donbass. Cette guerre est aussi appelée la guerre hybride, car elle a débuté bien avant les fusillades, avec les armes médiatiques et la propagande. A part les projections de films, le CAMZ a organisé des discussions avec des activistes de défense des droits humains et d’autres membres actifs de la société civile pour inciter le public à analyser les problèmes filmés et tenter d’y trouver des réponses et une résolution aux niveaux local et national. Lors de ce festival, nous avons invité une photographe, journaliste et activiste russe, Victoria Ivleva, pour parler de son expérience du journalisme indépendant en Russie (Victoria était déjà présente à la rencontre entre journalistes ukrainiens et russes, le mois précédent, à Budapest1) et pour présenter son dernier livre, le journal de son voyage à travers l’Ukraine pendant la révolution du Maïdan et la guerre, une démarche très courageuse pour une femme russe, d’autant plus qu’à ce moment-là, la propagande empoisonnait déjà la relation entre les deux pays et leurs habitants. La lecture de ce livre par des Ukrainien-e-s leur permet de découvrir que les pensées et les émotions de cette journaliste et photographe russe coïncident avec leurs idées et leur douleur. Victoria est une personne qui ne croit pas aux stéréotypes qui séparent les gens mais à l’égalité de tout ce qui existe. A la propagande, elle oppose son point de vue, né des rencontres avec de vraies personnes, dans le Donbass et à Poltava, à Kiev et à Ivano-Frankivsk, à Lviv et à Zhitomir.
Participation active
Le but du festival est de soutenir le développement d’une position civique active et de la société civile en général dans notre région, d’apprendre à démasquer la propagande, de déchiffrer les actualités, d’apprendre l’esprit critique et à tirer des conclusions de manière correcte. Dans ce contexte, il est important de mentionner qu’en Transcarpatie, il n’y avait pas vraiment de culture du documentaire sur grand écran. Nous avons été d’autant plus étonné-e-s de constater la forte participation, en particulier des jeunes gens. Cela prouve l’intérêt des spectateurs pour le développement, pour la consommation non seulement des produits de la culture de masse, mais aussi des produits artistiques plus exigeants. La participation active aux débats le prouve d’autant plus. Nous pensons que la popularité du festival est aussi liée aux changements en Ukraine. Cette corrélation sera à l’avenir une bonne base pour le développement de la société civile en Transcarpatie, une région traditionnellement plutôt apolitique et inactive sur les questions non seulement civiques mais aussi institutionnelles.
Il y a aujourd’hui un noyau de personnes actives aussi bien dans la  solidarité que dans la construction d’une société par en bas. 

1. Voir Archipel No 242, novembre 2015, «Journalisme en zone de conflit».                 

 

Rédigé par Natacha Kabatsiy, CAMZ, Uschgorod, 28.02.2016, recrutés par ute
Thème Nah & Fern im Archipel 245 (02/2016)
Commentaires sur cet article
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Archipel

Dieser Text stammt aus dem Archipel

Ausgabe: 245 (02/2016)

Hier können Sie aus allen Archipelausgaben seit 2002 auswählen

Accueil - Thèmes - Archipel - À propos de forumcivique - Shop - Rejoindre - Dons

Europäisches BürgerInnen Forum - Forum Civique Européen - European Civic Forum - Foro Cívico Europeo